Grâce à Internet également, les célibataires plus âgés retrouvent le bonheur. Credit: Adobe Stock
Sponsorisé

Sites de rencontres pour l’amour tardif

Retrouver le grand bonheur à la retraite, se sentir amoureux et savourer les moments à deux. Pour réaliser ce rêve, les seniors d’aujourd’hui n’ont pas peur de s’aventurer sur Internet.

Par Stephanie Weiss

Trois ans plus tôt, Elisabeth Keller* avait perdu son mari, avec qui elle avait passé sa vie et élevé des enfants.

Il a laissé un grand vide dans sa vie. Après une période de deuil, sa fille a un jour ouvert son ordinateur portable et lui a montré des sites de rencontres en ligne. «Elle a estimé qu’il était maintenant temps de commencer à chercher un nouveau partenaire.» A 68 ans, Mme Keller était encore en forme, se sentait jeune et voulait encore vivre des choses. Au début, elle était un peu hésitante, mais elle a ensuite accepté de se lancer dans cette expérience. «Je me suis dit: je n’ai rien à perdre, au contraire, j’ai tout à gagner, et on peut arrêter à tout moment.» La mère et la fille ont donc rempli ensemble le formulaire et téléchargé une photo. L’excitation est montée et, peu de temps après, des hommes intéressés se sont manifestés. «Beaucoup d’entre eux semblaient sympathiques, mais j’hésitais malgré tout à prendre contact.» Elle raconte avoir rencontré trois fois un homme, tous étaient gentils, mais il n’y a pas eu de déclic.

«Il y a aussi des célibataires qui cherchent encore une nouvelle relation amoureuse en ligne à plus de 80 ans.»

Et puis Peter est arrivé. Ce retraité divorcé lui a plu dès le premier instant. «Il était si ouvert, si sympathique. Nous avons rapidement découvert que nous avions beaucoup de points communs.» Mais Madame Keller voulait y aller doucement. «Au début, nous nous rencontrions juste pour prendre un café, ce n’est qu’au fil du temps que nous avons fait de petites promenades ou des excursions qui étaient très agréables. Nous nous sommes très bien entendus dès le début.» Plus elle apprenait à connaître Peter, plus elles sentaient grandir ses sentiments. «Je n’aurais jamais cru que j’éprouverais à nouveau de tels sentiments amoureux à un âge avancé», explique Madame Keller, qui est éperdument amoureuse. Depuis, un an s’est écoulé et le couple est toujours heureux. Il passe presque tous les week-ends et les vacances ensemble. Mais les deux amoureux ne souhaitent pas emménager ensemble. «Nous apprécions le temps que nous passons ensemble, mais nous apprécions tous deux de pouvoir nous retirer chez nous, dans un environnement familier.»

Chasse au trésor sur Internet

Les seniors d’aujourd’hui restent en forme jusqu’à un âge avancé et veulent encore vivre des choses même s’ils se retrouvent soudain seuls, car leur partenaire est décédé ou qu’il y a eu une séparation. «Il y a de plus en plus de personnes âgées qui mettent fin à leur relation même à un âge avancé. De nos jours, les gens sont moins disposés à faire des compromis», explique Annette Stöcker, membre du conseil d’administration de Pro Senectute des deux Bâle. Elle note que même à un âge avancé, les personnes veuves et divorcées recherchent le bonheur dans une nouvelle relation. Elles préfèrent toutefois trouver un partenaire pour des excursions et des vacances communes plutôt que pour habiter avec lui. «Les gens souhaitent profiter des moments à deux tout en conservant leurs libertés.»

«Les personnes qui s’engagent une nouvelle fois à un âge avancé le font généralement avec une certaine prudence.»

La part de célibataires dans la population âgée est considérable. Selon une étude commandée par Parship, 38 % des 60–69 ans sont aujourd’hui célibataires, contre 33 % pour l’ensemble de la population. Au total, 81% d’entre eux le sont depuis plus de trois ans et 44% souhaiteraient trouver un nouveau partenaire. La moitié des célibataires âgés peuvent s’imaginer utiliser des sites en ligne pour trouver un partenaire. Cette tendance a donné lieu à une offre correspondante: il existe de plus en plus de sites de rencontres en ligne pour les seniors, tels que ZweiterFrühling. Actuellement, environ 4000 utilisateurs actifs sont inscrits, selon Kathrin Fankhänel, co-fondatrice du site de rencontres pour personnes âgées. Et selon elle, la tendance est à la hausse. «En termes d’âge, la plupart des célibataires inscrits chez nous ont entre 60 et 70 ans. Mais il y a aussi des célibataires qui cherchent encore une nouvelle relation amoureuse en ligne à plus de 80 ans.» Elle ne sait pas dire combien d’entre eux ont trouvé le bonheur. Si les femmes sont nettement plus nombreuses sur ce site, le rapport hommes-femmes est équilibré sur Parship. Sur ce grand site de rencontres, on rencontre également de plus en plus de séniors. «Environ un quart de nos membres ont plus de 50 ans et huit pour cent des membres ont plus de 60 ans», selon Stella Zeco, attachée de presse de Parship.

Sites de rencontres en ligne pour seniors (sélection)

parship.ch

50plus-treff.ch

kultiviertesingles.ch

Partager les mêmes aspirations

Les personnes qui s’engagent une nouvelle fois à un âge avancé le font généralement avec une certaine prudence. Les femmes, en particulier, ne veulent pas renoncer aux libertés qu’elles ont acquises et ne sont pas prêtes à se laisser dicter leur conduite par d’autres. De même, les attentes en matière de sexe peuvent être différentes. Si certaines personnes veulent retrouver la sensualité et le plaisir, d’autres peuvent s’en passer. «Les motivations des deux personnes doivent être transparentes: est-ce qu’il s’agit de passer du temps ensemble, de partager des centres d’intérêt, ou est-ce qu’il s’agit plutôt d’avoir quelqu’un qui cuisine ou fait le ménage pour moi, ou qui s’occupe de me soigner?», souligne Annette Stöcker. Selon elle, il est donc important de connaître ses propres limites et de savoir si les deux personnes attendent les mêmes choses d’une relation. «Si les besoins mutuels ne sont pas clarifiés, on court le risque de devenir dépendant de l’autre.» Par conséquent, même à un âge avancé: prudence est mère de sûreté. * Nom modifié

Grâce à ses éditions spéciales thématiques en supplément à la Tribune de Genève, le journal propose régulièrement à ses lecteurs une exploration de sujets variés.