Sponsorisé

Aller en toute sécurité du point A au point B

Beaucoup de personnes âgées considèrent la conduite comme une de leurs dernières libertés et ne veulent pas l’abandonner. Certaines règles doivent cependant être respectées afin que le trajet en voiture soit sûr pour toutes les personnes impliquées.

De Stephanie Weiss

Elisabeth W.* profite pleinement de la vie. Malgré ses 85 ans, la retraitée entreprenante est encore en forme et active.

Elle passe plusieurs mois de l’année dans sa maison de vacances dans le sud de la France. Elle prend souvent sa voiture pour y faire du shopping, se promener ou encore rencontrer des gens. «Je connais chaque virage ici et chaque pierre sur la route m’est familière, je me sens en sécurité.» Elle jouit de cette liberté, tout en sachant que sans voiture, la vie dans le sud serait plus compliquée car il n’y a pas de transports en commun à proximité. Elle a toutefois déjà renoncé à la voiture en Suisse, parce que la circulation en ville est trop stressante pour elle.

Ce printemps, le canton lui a demandé de faire un examen de contrôle. Elle connaissait déjà la procédure, car elle s’y est soumise tous les deux ans depuis son 75e anniversaire. L’examen est relativement rapide étant donné que son médecin de famille a parfaitement connaissance de ses antécédents médicaux. «La dernière fois, il a confirmé que ma vue était parfaite, elle était de 100%», rapporte fièrement la senior.

Conduire en toute sécurité: les quatre conseils les plus importants du BPA

  • Ne prenez le volant que quand vous vous sentez bien

  • La conduite est toujours plus sûre sur des itinéraires simples et familiers

  • Effectuez régulièrement l’auto-évaluation de l’aptitude à la conduite

  • Vous avez des doutes? N’hésitez pas à demander conseil!

Autres conseils: bfu.ch/fr

Auto-évaluation de l’aptitude à la conduite du BPA: autoevaluation-conduite.ch

Cours et stages de conduite pour seniors du TCS: tcs.ch/fr

Conseils de conduite ASMC: l-drive.ch/fr

En France, elle fait régulièrement contrôler sa voiture dans un garage. «Je rendrai moi-même mon permis de conduire dès que je ne me sentirai plus en sécurité au volant.» Elle est consciente que cela limitera ses déplacements, mais elle ne veut pas se mettre ou mettre les autres en danger.

Rouler en toute sécurité

Les capacités sensorielles, cognitives et motrices diminuent avec l’âge. Cela entraîne souvent des problèmes de vision crépusculaire, de vigilance, de temps de réaction ou d’utilisation du pédalier, ce qui peut nuire à la capacité de conduire. Certaines maladies augmentent par ailleurs le risque d’accident. La cataracte, les maladies cardiovasculaires, l’apnée du sommeil et la démence représentent un risque accru. Selon le rapport «Senioren als Personenwagen-Lenkende» (Les seniors en tant que conducteurs de voiture, disponible en allemand uniquement) du Bureau de prévention des accidents (BPA), les accidents impliquant des conducteurs seniors représente une petite partie, mais non négligeable, des graves accidents de la route.

«Je rendrai ­moi-même mon permis de conduire dès que je ne me sentirai plus en sécurité au volant.»

En ce qui concerne les décès sur les routes, le risque pour soi et pour les autres se situe dans la moyenne pour les seniors au volant d’une voiture. Les statistiques indiquent cependant que, en ce qui concernent les blessés graves, le risque pour les autres est plus élevé chez les personnes âgées que le risque pour elles-mêmes. Le risque d’accident par kilomètre parcouru augmente avec la combinaison d’un âge de 75 ans et plus et d’un faible kilométrage.

Il existe plusieurs options pour savoir si vous êtes encore apte à conduire. «Les compétences motrices, sensorielles et cognitives sont importantes pour une conduite de véhicule en toute sécurité. Concrètement, cela signifie, par exemple, que l’on est assez fort et mobile pour conduire, que l’on voit suffisamment bien et que l’on peut évaluer correctement et rapidement les informations du trafic routier», explique Karin Huwiler, assistante de recherche sur le trafic routier au BPA.

Organiser la sortie à temps

En Suisse, les personnes âgées de plus de 75 ans, titulaires d’un permis de conduire valide, doivent subir un examen médical tous les deux ans afin de vérifier les exigences en matière de santé requises pour la conduite d’une voiture. Le médecin de famille transmet toujours son évaluation à l’Office de la circulation routière. Si l’évaluation conclut que les exigences ne sont pas remplies, le permis de conduire est généralement retiré à la personne concernée. Si le médecin constate que le conducteur n’est plus apte à conduire en dehors de ces examens obligatoires, il peut le signaler à l’Office de la circulation routière, mais il n’y est pas obligé. L’Office de la circulation routière ouvrira alors des investigations complémentaires et, si nécessaire, ordonnera un retrait de permis.

Vous pouvez faire l’auto-évaluation de l’aptitude à la conduite du BPA si vous souhaitez déterminer vous-même votre capacité de conduire. Ce test simple permet d’évaluer les problèmes importants pour la conduite et il indique les éventuelles restrictions. Il existe également d’autres offres pour ceux qui souhaitent conduire. Des trajets accompagnés ou des conseils de conduite peuvent par exemple aider à identifier les difficultés individuelles et les potentiels d’amélioration au volant. Le TCS propose des cours de conduite spécifiques pour les seniors. Les participants en apprennent davantage sur les facteurs de base qui influencent le comportement de conduite et sont informés des nouveautés juridiques. L’Association Suisse des Moniteurs de Conduite propose également des conseils dispensés par des moniteurs d’auto-école spécialisés.

Il est certainement temps de s’arrêter au plus tard lorsque les exigences d’une conduite sûre ne sont plus remplies. «Il n’est pas toujours facile de dire quand tel est le cas. Des sensations de stress lors de la conduite ou les commentaires de proches peuvent fournir des indices», explique Huwiler. Arrêter de conduire est plus facile si vous commencez à penser à une vie sans voiture suffisamment tôt.

* nom connu de la rédaction

Grâce à ses éditions spéciales thématiques en supplément à la Tribune de Genève, le journal propose régulièrement à ses lecteurs une exploration de sujets variés.