Sponsorisé

Rencontres sur un pied d’égalité

Les jeunes sont l’avenir, les moins jeunes ont l’expérience de la vie. L’association «und» das Generationen-tandem («et» le tandem générationnel) de Thoune réunit des personnes des deux âges afin qu’elles apprennent les unes des autres.

De Stefan Kammermann

Elias Rüegsegger, 27 ans, est assis à table et feuillette des documents. Vreni von Känel, 67 ans, prend un dépliant en main.

Le fondateur et Directeur général de l’association «und» das Generationentandem («et» le tandem générationnel) et la Coprésidente s’occupent des derniers préparatifs pour un événement à venir. Les deux ne sont pas seuls dans les vastes locaux de l’association, au cœur de la ville de Thoune. Une dame de plus de 80 ans prépare des enveloppes publicitaires et un étudiant se concentre sur l’ordinateur. «Notre principal objectif est de rassembler des personnes de différentes générations», explique Elias Rüegsegger, l’initiateur du projet.

L’auteur de l’initiative et Directeur général Elias Rüegsegger et la Coprésidente Vreni von Känel 
préparent un évènement.
L’auteur de l’initiative et Directeur général Elias Rüegsegger et la Coprésidente Vreni von Känel préparent un évènement. Credit: Stefan Kammermann

Cela ne se produit pas seulement lors d’événements tels que le festival des générations, qui se déroule en août à Thoune avec des ateliers de danse, un marché aux puces, des lectures littéraires, des concerts ou une Silent-disco. L’association organise aussi des choses très simples afin que les jeunes et les moins jeunes se rencontrent sur un pied d’égalité. Comme le «Zuhörbänkli» (le petit banc d’écoute) temporaire, situé à la gare de Thoune ou dans la cour de la maison des générations bernoises en été. Il offre la possibilité de dialoguer, de partager des pensées ou tout simplement de passer le temps. «L’offre est encadrée par des personnes empathiques qui écoutent tout simplement», explique Elias Rüegsegger avant d’ajouter: «Cela peut être très important pour les ceux et celles qui n’ont pas souvent la possibilité de s’exprimer ou personne à qui parler.» Des auditeurs volontaires prennent régulièrement place sur le petit banc, selon un horaire hebdomadaire, et prêtent une oreille attentive.

Assistance technique

Un service qui connaît un franc succès est aussi l’aide technique personnelle. «Des jeunes à l’aise avec les nouvelles technologies aident les personnes âgées à utiliser leur ordinateur, leur tablette, leur smartphone ou les réseaux sociaux», explique Vreni von Känel. Cette aide a, par exemple, permis à l’ancienne génération d’accéder à des événements en ligne durant cette période où les possibilités de contact étaient limitées, contribuant ainsi à son inclusion sociale. Les personnes ayant besoin d’aide peuvent demander aux assistants techniques de leur rendre visite chez elles. «Les peurs sont souvent surmontées et la compréhension entre les générations est encouragée», a remarqué la Coprésidente.

Encadré unique en Suisse

La forme de l’association «und» das Generationentandem («et» le tandem générationnel) de Thoune est unique en Suisse. Un autre lieu public de rencontre est la maison des générations bernoises à Berne, begh.ch. Intergeneration est une plateforme intergénérationnelle qui relie les générations en Suisse, intergeneration.ch. En Suisse centrale et du Nord-Ouest, le programme de mentoring de Menzigen, dans le canton de Zoug, fait le lien entre des volontaires de tous âges et des enfants et des jeunes. De nombreuses communes et institutions de vieillesse organisent également des rencontres intergénérationnelles dans toute la Suisse.

Des cours sur les connaissances numériques sont également proposés. Toutes les deux semaines, le programme de l’association de Thoune comprend également des séances de chant de chansons du monde entier ouvertes à tout le monde. «Des connaissances préalables ne sont pas requises, qui a envie peut venir», indique Vreni von Känel.

«Démocratie et élite», «Humour: jusqu’où peut-on aller?» ou «La tolérance, c’est bien, mais où trouve-t-elle ses limites chez moi?», sont trois exemples de thèmes abordés par «und». Lors d’une sorte de table ronde, des sujets très divers sont ainsi traités en intégrant les points de vue des différentes générations. La politique sociale a également une place au sein de l’association. «Nous sommes politiquement et confessionnellement indépendants, mais nous souhaitons également mettre en réseau les personnes qui ont quelque chose à dire», explique Elias Rüegsegger. Le forum des générations en est le moyen. Parce que: selon Rüegsegger «les meilleures idées voient le jour lors des échanges». Les personnes se rencontrent dans le cadre d’ateliers et de podiums quatre à six fois par an. Des hommes politiques régionaux et fédéraux y prennent également la parole.

L’association «und» das Generationentandem publie par ailleurs quatre fois par an le magazine éponyme. Des thèmes touchant à la société, à la science, à la culture et à la politique y sont abordés. «Les articles sont rédigés par un tandem de différentes générations», explique le Directeur général. Avec notamment pour objectif de combattre les préjugés.

L’idée

L’idée d’une meilleure cohésion entre les différentes générations, en dehors des cadres familiaux et professionnels, a vu le jour en 2012 dans le travail de maturité d’Elias Rüegsegger. L’accent a d’abord été mis sur le magazine «und». Des activités sociales et culturelles s’y sont ajoutées deux ans plus tard. L’association a dès le début effectué un travail de pionnier dans le domaine de la cohésion intergénérationnelle. Le renforcement de la coopération avec les partenaires locaux et nationaux a conduit à une institutionnalisation de l’organisation en 2019. L’association compte actuellement environ 360 membres de tous âges dans toute la Suisse alémanique. Le financement de l’association est assuré par les cotisations des membres et les abonnements au magazine «und», mais aussi par des partenariats et une contribution de la ville de Thoune. Ses activités sont annoncées et communiquées via le site Internet de l’association, les réseaux et les médias sociaux.

Grâce à ses éditions spéciales thématiques en supplément à la Tribune de Genève, le journal propose régulièrement à ses lecteurs une exploration de sujets variés.