Les tablettes font leur entrée dans les maisons de retraite. Credit: Denise Muchenberger
Sponsorisé

Jeu vidéo à la maison de retraite

Le jeu vidéo «Myosotis Souvenirs» a été spécialement conçu pour les personnes âgées vivant dans des maisons de retraite. Le développeur de logiciels Marco Soldati a initié et dirigé le projet.

Denise Muchenberger

C’est sa collègue, Bettina Wegenast, qui, en 2015, a approché Marco Soldati avec l’idée suivante: développer un jeu vidéo spécialement pour les personnes âgées.

«Ma collègue a eu une révélation après l’accident de sa belle-mère. Après son séjour à l’hôpital, cette femme de plus de 90 ans a dû être placée dans une maison de retraite en raison d’un diagnostic de démence. Elle y était certes prise en charge avec amour, mais pour ses proches, ce n’était pas satisfaisant de passer le temps à feuilleter des albums de photos et à jouer à des jeux de société.» La belle-fille a donc réfléchi à de nouvelles possibilités de loisirs et a apporté sa tablette avec des jeux pour enfants à la maison de retraite. Cela a été bien accueilli par la belle-mère et lui a manifestement procuré du plaisir. «Mais à un moment donné, elle s’est plainte de la nature des jeux, estimant qu’elle n’était plus une enfant après tout.»

Chercher des meubles au grenier

Marco Soldati et Bettina Wegenast se sont inspirés de cette expérience pour réfléchir aux jeux vidéo dans les maisons de retraite. En tant qu’enseignant à la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse FHNW, Marco Soldati a lancé un appel d’offres pour le développement d’un premier jeu sous forme de travail de projet pour les étudiants en informatique – et cela a suscité un grand intérêt. Après la procédure de sélection, le projet est entré dans sa première phase. Des équipes de deux personnes ont développé les premiers prototypes et se sont rendues dans des maisons de retraite et de soins pour jouer avec les personnes âgées. «Cela nous a énormément aidés, car nous avons vu directement dans la pratique ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.» Sur la base de ces résultats, plus de 30 autres jeux ont été développés et testés.

«Dans l’idéal, le jeu devient secondaire – et le fait de passer du temps ensemble est au centre.»

Un vaste projet de recherche interdisciplinaire a ensuite été lancé en 2018. Marco Soldati aurait aimé étudier avec son équipe de projet dans quelle mesure les jeux vidéo ont un impact sur les capacités communicatives et cognitives des personnes âgées. Les résultats auraient pu permettre d’attirer de nouvelles aides financières et donner un nouvel élan au projet. «Nous avons donc développé plusieurs jeux tests entre 2018 et 2020, en collaboration avec des musiciens, des graphistes, des psychologues, des informaticiens et des infirmières.» Mais juste au moment où la phase de test et l’étude devaient commencer, la pandémie est arrivée – et les visites dans les maisons de retraite n’ont plus été possibles. «Nous avons donc décidé de préparer deux des jeux pour le public.» Depuis l’automne 2021, «Myosotis Souvenirs» et «Myosotis Buchstabensuppe» peuvent être téléchargés gratuitement dans l’App Store. Dans l’idéal, ils se jouent avec une deuxième personne sur une tablette.

Peu de rejet

Dans le jeu «Myosotis Souvenirs», qui a été le premier à être lancé sur le marché, il s’agit d’aménager à deux une maison avec quatre pièces différentes. Les objets d’ameublement se trouvent dans un grenier sombre. La première chose à faire est de chercher les objets à l’aide d’une lampe de poche. «C’est une tâche que l’on accomplit ensemble. Une personne manipule la lampe de poche, l’autre ouvre des cartons ou déplace des objets», explique Marco Soldati. Une fois les meubles et objets souhaités trouvés, il s’agit d’aménager la pièce. «De nombreuses personnes ont un lien avec les meubles et les objets d’ameublement, voire une anecdote ou une histoire particulière qu’elles associent, par exemple, à un fauteuil. Nous pouvons ainsi encourager la communication.»

Credit: FHNW
Credit: FHNW
Credit: FHNW

Le jeu «Myosotis Souvenirs» consiste à aménager une maison à deux. Mais il faut d’abord chercher les objets d’ameublement dans l’obscurité du grenier à l’aide d’une lampe de poche.

Être créatif, aménager les pièces selon ses propres goûts, chercher des objets dans le grenier: voilà qui permet de varier les plaisirs et de remonter le moral des résidents des maisons de retraite. «C’est aussi et surtout une possibilité pour les proches de passer du temps avec les personnes âgées et peut-être même d’apprendre quelque chose de nouveau sur l’autre personne.» Il a ressenti de la gratitude de la part de nombreuses personnes, et surtout de l’ouverture et de l’intérêt à essayer ce jeu vidéo. «Nous ne rencontrons guère de rejet. En fin de compte, le jeu rassemble les gens, favorise les échanges sociaux et satisfait ainsi un besoin fondamental que nous ressentons tous. Dans l’idéal, le jeu devient secondaire – et le fait de passer du temps ensemble est au centre.»

Pas de sollicitation excessive

Afin que «Myosotis Souvenirs» nécessite le moins d’explications possible, l’équipe de développement a pris en compte de nombreux éléments lors de la phase pilote, en gardant toujours le groupe cible à l’esprit. «Nous avons travaillé avec des contrastes élevés et les éléments graphiques ont été conçus de manière claire et simple. Nous voulions certes utiliser des animations, mais de manière extrêmement dosée, et nous avons également intégré des sons de manière subtile, afin d’éviter toute stimulation excessive.» En ce qui concerne les commandes, l’équipe a également dû faire des essais pour voir ce qui fonctionnait: «Nous avons abandonné l’idée d’un joystick virtuel, car les personnes âgées ne pouvaient pas s’en servir, tout comme celle d’une souris.» Les joueurs utilisent donc leurs doigts et naviguent d’un endroit à l’autre en tapotant, en faisant glisser et en balayant les objets. Les capacités motrices doivent donc être présentes, tout comme les capacités visuelles. «Ici aussi, nous avons fait en sorte que le taux d’erreur soit faible et l’utilité élevée», explique Marco Soldati. Il doit s’agir d’un jeu qui permet de vivre des expériences de réussite et qui déclenche des sentiments positifs. «Il est très important que les personnes âgées se prêtent à ce jeu par intérêt et par curiosité. Nous rencontrons aussi régulièrement des résidents qui s’y intéressent pas. Il faut respecter cela.»

Marco Soldati a beau avoir espéré un meilleur départ et regretter que les travaux scientifiques soient tombés à l’eau, l’effort en valait la chandelle. Il considère toutefois les jeux vidéo pour personnes âgées comme une niche plutôt que comme un marché d’avenir prometteur, car le groupe cible est extrêmement restreint. Malgré tout, ce sont les bonnes expériences qui restent. «Je me suis rendu à plusieurs reprises dans des établissements pendant la phase de test et j’ai pu constater à quel point les personnes âgées, parfois apathiques, réagissaient positivement aux jeux. ’Myosotis’ est d’ailleurs le nom d’une fleur que l’on appelle aussi parfois ‘ne m’oubliez pas’ – et c’est exactement ce qui nous intéresse dans notre travail.»

Grâce à ses éditions spéciales thématiques en supplément à la Tribune de Genève, le journal propose régulièrement à ses lecteurs une exploration de sujets variés.